Orthodontie : pour un sourire aussi sain que beau PAR ANNE JEANBLANC Publié le 29/05/2015 à 14:36 | Le Point.fr

Ce type de traitement – possible dès le plus jeune âge – améliore l’hygiène bucco-dentaire, réduit les apnées du sommeil et donne des résultats définitifs.

Les « redresseurs de dents » sont parfois considérés comme des spécialistes de l’esthétique. Il est vrai qu’afficher un sourire avec des dents parfaitement alignées (et évidemment bien blanches de surcroît) est très engageant et valorisant. Mais les bénéfices de l’orthodontie ne se limitent pas à cet aspect important de la vie sociale. C’est ce que veut démontrer la Fédération française d’orthodontie (FFO), qui rend publics aujourd’hui les résultats d’une étude Harris Interactive* portant sur les connaissances en la matière et les idées reçues.

Globalement, quand on leur demande de définir l’orthodontie, la majorité des Français l’identifie à « un traitement permettant de redresser les dents et de corriger la dentition et le positionnement de la mâchoire ». Cette réponse, qui témoigne d’une assez bonne connaissance du sujet, s’explique par le fait que 35 % d’entre eux sont ou ont été directement concernés par l’orthodontie. En revanche, 97 % estiment que ce traitement n’a qu’un bénéfice esthétique, 40 % qu’il n’a aucun impact sur l’hygiène bucco-dentaire et 60 % pensent que le résultat n’est pas définitif. Autant d’idées que les spécialistes veulent combattre.
Tout d’abord, l’orthodontie ne consiste pas uniquement à remettre les dents et les mâchoires droites, elle contribue aussi au bien-être du patient et, surtout, à lui assurer l’optimisation des trois fonctions de la bouche que sont la mastication, la déglutition et la phonation. De plus, elle a un effet bénéfique sur les apnées du sommeil (qui peuvent se manifester dès l’enfance). « En élargissant le maxillaire, l’orthodontiste élargira les fosses nasales, ce qui permettra à l’air de mieux circuler par le nez », explique le docteur Jean-Baptiste Kerbrat.
Progrès

Redresser les dents favorise aussi une bonne hygiène de la bouche en simplifiant grandement le lavage. La brosse peut aller partout, y compris dans les coins les moins accessibles, et nettoyer chaque dent individuellement. En plus de la prévention des caries, « on constate que les dents qui ne sont pas droites sont plus foncées, plus jaunes et souvent plus entartrées », ajoute le docteur Aloé-Tavernier.
Quant à la persistance des effets du traitement, elle est réelle. Néanmoins, il faut savoir que si la taille des dents reste constante, la longueur et la largeur des arcades dentaires diminuent légèrement avec l’âge. Cette contraction naturelle peut donc entraîner quelques modifications en vieillissant, des malpositions dentaires, le plus souvent des incisives du bas. « Comme un visage prendra des rides avec le temps, nos dents ont tendance naturellement à s’encombrer, lentement, mais inexorablement », explique le docteur Olivier Migault.
Reste un point qui ravit les orthodontistes : les Français interrogés sont conscients des progrès réalisés au cours des vingt dernières années. Près de 85 % s’accordent sur la plus grande discrétion des appareils et 80 % sur la moindre douleur induite par les traitements. Enfin, ils sont 62 % à penser que l’on ne peut pas commencer un traitement orthodontique avant l’âge de 11-12 ans. Il existe pourtant aujourd’hui des traitements dits « précoces », pouvant être mis en place dès l’âge de 5-6 ans. Mais il n’est pas évident que cela fasse sourire les gamins…
* Enquête réalisée du 24 au 26 mars 2015 sur un échantillon de 1 020 personnes représentatif des Français âgés de 15 ans et plus.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *